L’INSOUTENABLE LÉGÈRETÉ DE L’ETRE DE KUNDERA

Musique

Kundera.jpg

classique, rock

RÉSUMÉ« Qu’est-il resté des agonisants du Cambodge ? Une grande photo de la star américaine tenant dans ses bras un enfant jaune. Qu’est-il resté de Tomas ? Une inscription : Il voulait le Royaume de Dieu sur la terre. Qu’est-il resté de Beethoven ? Un homme morose à l’invraisemblable crinière, qui prononce d’une voix sombre : « Es muss sein ! » Qu’est-il resté de Franz ? Une inscription : Après un long égarement, le retour. Et ainsi de suite, et ainsi de suite. Avant d’être oubliés, nous serons changés en kitsch. Le kitsch, c’est la station de correspondance entre l’être et l’oubli. » 

Pour retrouver les citations du livre c’est ICI

« Tomas haussa les épaules et dit : « Es muss sein. Es muss sein. » C’était une allusion. Le dernier mouvement du dernier quatuor de Beethoven est composé sur ces deux motifs … Pour que le sens de ces mots soit absolument clair, Beethoven a inscrit en tête du dernier mouvement les mots : « Der schwer gefasste Entschluss » – la décision gravement pesée. Par cette allusion à Beethoven Tomas se trouvait déjà auprès de Tereza, car c’était elle qui l’avait forcer à acheter les disques des quatuors et des sonates de Beethoven. »

BEETHOVEN

Quatuor n14

Sonate Appassionata 

« À la différence de Parménide, Beethoven semblait considérer la pesanteur comme quelque chose de positif (…) Cette conviction est née de la musique de Beethoven et bien qu’il soit possible (…) que la responsabilité en incombe plutôt aux exégètes de Beethoven qu’au compositeur lui-même, nous la partageons tous plus ou moins aujourd’hui : pour nous, ce qui fait la grandeur de l’homme, c’est qu’il porte son destin comme Atlas portait sur ses épaules la voûte du ciel. Le héros beethovénien est un haltérophile soulevant des poids métaphysiques. Tomas roulait vers la frontière suisse et j’imagine que Beethoven en personne, morose et chevelu, dirigeait la fanfare des pompiers locaux et lui jouait pour son adieu »

1000509261001_1707055230001_bio-biography-18-composers-ludwig-van-beethoven-sf

Beethoven

« Nous nous persuadons que Beethoven en personne, morose et la crinière terrifiante, joue son « Es muss sein ! » pour notre grand amour. »

« À ce moment-là, il y avait de la musique à la radio. Tereza partit chercher un cognac au comptoir et tourna le bouton de l’appareil pour augmenter le volume. Elle avait reconnu Beethoven. Elle le connaissait depuis qu’un quatuor de Prague était venu en tournée dans la petite ville. (…) quatuor de musiciens sur la scène et un trio d’auditeurs dans la salle, mais les musiciens avaient eu la gentillesse de ne pas annuler le concert et de jouer pour eux seuls pendant toute une soirée les trois derniers quatuors de Beethoven. »

« LA MUSIQUE. Pour Franz, c’est l’art qui se rapproche le plus de la beauté dionysiaque conçue comme ivresse. On peut difficilement s’étourdir avec un roman ou un tableau, mais on peut s’enivrer avec la Neuvième de Beethoven, avec la Sonate pour deux pianos et percussion de Bartok, et avec une chanson des Beatles.(…) Il aime pareillement le rock et Mozart. »

BEETHOVEN

Symphonie n9

BARTOK

Sonate pour deux pianos et percussion

THE BEATLES

I want you (She’s so heavy)

MOZART

Requiem

« – Tu n’aimes pas la musique ? demande Franz. – Non », dit Sabina. Puis elle ajoute : « peut-être que si je vivais à une autre époque… » et elle pense à l’époque de Jean-Sébastien Bach où la musique ressemblait à une rose épanouie sur l’immense plaine neigeuse du silence.

JEAN-SÉBASTIEN BACH

Suite Orchestre n3 pour Sarabande

« Mais qu’est-ce que c’est ? La musique ? Dvorak et Janacek ? Oui. Mais si un Tchèque n’aime pas la musique ? D’un seul coup, l’identité tchèque n’est que du vent. »

DVORAK

New World Symphony 

JANACEK

In The Mists

« Marie-Anne, qui se sentait tenue de diriger la conversation, demanda aux deux hommes s’ils iraient la semaine prochaine au Grand-Théâtre où une troupe lyrique italienne devait interpréter un opéra de Rossini. (…) Marie-Claude l’aperçut et s’avança à sa rencontre. Sa fille continuait la conversation sur Rossini« 

ROSSINI

The Barber of Seville – Ouverture

CITATIONS

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s