Mémoire courte de Nicolas Rey

Citations

« Ses mains et ses pieds, dans un dernier sursaut de volonté, se mirent à battre, à faire bouillonner l’eau, faiblement, spasmodiquement. Mais malgré ses efforts désespérés, il ne pourrait jamais plus remonter ; il était trop bas, trop loin. Il flottait languissamment, bercé par un flot de visions très douces. Des couleurs, une radieuse lumière l’enveloppaient, la baignaient, la pénétraient. Qu’était-ce ? On aurait dit un phare. Mais non, c’était son cerveau, cette éblouissante lumière blanche. Elle brillait de plus en plus resplendissante. Il y eut un long grondement, et il lui sembla glisser sur une interminable pente. Et tout au fond, il sombra dans la nuit. Ça, il le sut encore : il avait sombré dans la nuit.
Et au moment même où il le sut, il cessa de le savoir. »
Jack LONDON
Martin Eden« 

« Je suis ainsi, à toujours fêter un maximum de trucs en une seule prise, à ne jamais penser aux premières heures du lendemain. »

« La nuit, les histoires d’amour n’existent pas. Il faudrait s’y faire. À cinq heures trente du matin, les miracles sont couchés. Aucun rêve, jamais ne viendra chambouler leur sommeil. »

« Le métro divise l’humanité en deux catégories. La première sourit à la vue d’un bébé ou d’un chien. La seconde ne peut s’empêcher de mater un cul qui passe. Seule la seconde mérite d’exister. »

 » – Dommage, a rétorqué Frank, la musique a le don de rendre les gens un peu plus jolis. »

« Il rigole et me mate par en dessous, le pétard en main, expire un bon coup et me confie sous un ciel nuageux :  » À vingt piges, j’allais me cramer le sang dans toutes les caves de Lyon. Au retour, je reprenais le volant. C’était si difficile de conduire que j’ouvrais la portière et me penchais sur la route pour suivre la ligne blanche. »

« Je dois passer outre ce détail parce que je suis un animal social, intelligent et doué de culture. N’empêche qu’elle dit « rencontre » à la place de « il m’a bourré le cul » et c’est révoltant. »

« Aujourd’hui, le son de leurs messages n’est plus le même. Comme si la voix n’arrivait plus à mentir. Tout cela aboutit à des appels gênants, aussi sincères qu’un bouquet de marguerites offert par une petite fille à un président communiste. »

« Enfin, le choix de notre nid d’amour. Après tout, les cheminées, pourquoi pas ? Puisque tout se consume, autant regarder. »

« Malgré de nombreuses précautions médicales, je n’ai pas trouvé le sommeil cette nuit-là. C’est ainsi. Quelque fois encore, le Valium n’arrive pas à la cheville du chagrin. »

« Alors, j’ai pris conscience d’une réalité vraiment moche. Je ne buvais plus seulement pour le plaisir de boire. Je ne buvais plus seulement parce que je faisais juste ce que j’avais envie de faire. Je buvais avant tout parce que mon corps le demandait. »

Publicités

Une réflexion sur “Mémoire courte de Nicolas Rey

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s