BYE BYE BLONDIE DE VIRGINIE DESPENTES – 2004

Musique
despentes_jfpaga_grasset

Virginie Despentes, écrivaine française (Bye Bye Blondie, Baise-moi, King Kong Théorie, Vernon Subutex 1, 2, 3…)

STYLES : Punk rock, rock, chanson française, garage rock, pop, métal, rockabilly, psychobilly, anarcho-punk, new wave, cold wave, rap, funk

RÉSUMÉ : « Une fille qu’on rencontre en HP n’est pas une fille qui rend heureux. Il voulait jouer contre le reste du monde, avoir raison contre toutes les évidences, il pensait que c’était ça l’amour. Il voulait prendre ce risque, avec elle, et qu’ils arrivent sur l’autre rive, sains et saufs. Mais ils réussissent juste à s’entraîner au fond. Il est temps de renoncer… »
Gloria a été internée en hôpital psychiatrique. Contre toute attente, la punkette « prolo » y a rencontré Eric, un fils de bourgeois aussi infréquentable qu’elle ; ils se sont aimés comme on s’aime à seize ans. Puis la vie, autant que les contraintes sociales, les a séparés. Vingt ans après, à nouveau, leurs chemins se croisent.
Portrait d’une femme blessée aux prises avec ses démons, traversée des années punk, chronique d’un amour naufragé, Bye Bye Blondie est sans doute le livre le plus émouvant de Virginie Despentes. »

Pour les citations de l’oeuvre c’est ICI.

« Là, Gloria comprit qu’il était temps de s’y mettre, et sérieusement. C’était le début des années 80, elle devait de découvrir – abasourdie que quelque chose d’aussi proche d’elle existe – les Sex Pistols, Bérurier Noir, Sham 69 et Taxi Girl. »

SEX PISTOLS

God save the Queen

BÉRURIER NOIR

Porcherie 

SHAM 69

If the Kids are United

Taxi Girl

Cherchez le garçon

« Elle chantonne en s’aspergeant d’eau « Qu’est-ce que j’en ai à foutre et je ne crois en rien, je peux vivre au coup par coup, en coups durs de plus en plus durs ».

« Ils s’étaient longuement perdus et le concert d’OTH était déjà commencé quand ils étaient arrivés,  » Tu finiras clodo, finiras clodo / Je finirai riche, et mon vieux chien aura sa niche / Heureusement y aura l’euthanasie pour les vieux rockers / Euthanasie pour les vieux rockers ».

O.T.H

Euthanasie pour les rockers

« Gloria, menton posé sur sa main, coude sur la table, chantonne du France Gall  : « laisse tomber les filles, laisse tomber les filles un jour c’est toi qu’on laissera ». »

FRANCE GALL

Laisse tomber les filles

« Michel se roule une clope, les Sonics scandent « Cause she’s the Witch« , il marque le temps avec son pied. »

THE SONICS

The Witch

« Ils écoutaient Lydia Lunch. Elle portait un collier de chien avec une laisse, un truc très inspiré. (…) Le sol de la chambre était recouvert de cette moquette bleu marine, rase, hyper désagréable au toucher – par exemple sous les paumes, quand on s’asseyait. Dans la pièce d’à côté, à la télé, ils passaient Madonna, « Like a Virgin« .

MADONNA

Like a Virgin

« Ils chantonnaient : « should I stay or should I go « . Elle était effarée qu’un type pareil existe, et carrément scotchée qu’il discute avec elle. OK, la vie, c’était finalement bien moins chiant que ce qu’elle avait d’abord prévu. »

« Après avoir raccroché, avant de prévenir qui que ce soit, Gloria a choisi un disque des Clash, tiré les doubles rideaux et s’est offert une petite séance de danse dans le noir »

THE CLASH

Should I stay or should I go

« Gloria a ôté son casque, polie, sans rien manifester d’à quel point elle aurait apprécié pouvoir écouter un album de Motörhead en entier sans que cette tâcheronne vienne l’interrompre. »

« Elle lui hurlait, tout près de l’oreille « salope de pute tu peux pas m’interdire d’écouter Motörhead, t’entends ? tu ne peux pas faire chier A CE POINT ! ». En s’égosillant, dans l’espoir que l’autre reste endommagée de l’oreille à vie. Que ça vaille le coup de foutre le bordel. Lui niquer sa vie, sale pute, que plus jamais elle n’entende correctement. »

 » – Ah non, ça je ne crois pas : je t’ai vu te battre pour ton droit à écouter Motörhead et ça n’avait rien à voir avec tout le monde, rien. »

 » – À part Motörhead t’écoutes quoi ?
– Motörhead.
– Ah, ouais, t’as de l’humour.
– T’aimes pas Motörhead, toi ?
– Franchement, si j’aimais pas, je te le dirais pas. J’ai pas envie de prendre une trempe… »

MOTÖRHEAD

Ace of Spades

 » – Moi je préfère les Stooges, les New York DollsGen X, ce genre de musique… C’est moins puissant que la musique à Lemmy [le chanteur de Motörhead], mais c’est plus malsain, je trouve… je préfère. »

« Je suis trop jeune, je te dis, trop jeune pour les compromis… Pourquoi je me ferais chier à parler à des caves, ils savent même pas qui sont les Stooges ? »

THE STOOGES

I wanna be your Dog

NEW YORK DOLLS

Personality Crises

GENERATION X

Dancing with Myself

 » – OK, OK. C’est bien, ça, c’est bien d’être ouvert, c’est bien d’être cultivé, c’est bien. Mais comme groupe, précisément ?
– Polnareff.
– Ah bon, t’es homo ? »
Il s’était contenté de lui décrocher un regard dubitatif, limite apitoyé. (…)
– Excuse-moi, je dois confondre.
– Avec Frankie Goes to Hollywood ?
– Non, avec le gars de « Où sont les femmes« , c’est pas lui ? (…)
– Allez, t’es pas un peu homo, non ?
– Pas tellement, non.
– C’est bizarre, d’aimer Polnareff. (…)
– Et que tu te souviennes de ça, précisément, que t’aimes Polnareff, c’est pas bizarre non plus ? »

MICHEL POLNAREFF

Lettre à France

 » – Je déteste ces médocs. La dernière fois que j’en ai pris j’ai dormi par terre, accroupie, piquant du nez, pendant tout un concert des Cure. »

THE CURE

Boys don’t cry

« Pour cette fois, elle était trop heureuse de pouvoir parler à quelqu’un qui connaisse les Stray CatsJoy Division et les Cramps, trop soulagée de pouvoir discuter de choses qui l’intéressent. »

« Il racontait qu’il avait déjà vu les Stray Cats en concert (…) Elle lui avait enregistré deux cassettes entières des Stray Cats, en lui dessinant de jolies jaquettes »

« Ils se sont assis dans un coin, les autres faisaient une reprise de Joy Division. »

STRAY CATS

Rock this Town

JOY DIVISION

Disorder

THE CRAMPS

Human Fly

« Puis, il s’était stationné pas très loin de sa fenêtre, coup de bol, et avait mis Macadam Massacre, à fond. Elle s’était collée aux barreaux de sa fenêtre, pour chanter à tue-tête, espérant qu’il l’entende. »

« Dans la voiture, ils préparaient la soirée en écoutant « Macadam Massacre » à fond, ils s’égosillaient, « adonowonabébé adonowanabébémalo »

« Juin 1986, elle avait lu dans Best que les Bérurier Noir jouaient à Saint-Etienne, avec OTH« 

« Gloria et Eric venaient de rencontrer un punk marseillais qui suivit les Béru en concert. »

BÉRURIER NOIR

Macadam Massacre

« Mais, une après-midi, ses parents l’avaient retrouvé. Eric et Gloria étaient tous les deux dans sa chambre à elle. Ils écoutaient Wunderbach, elle chantonnait, allongé sur le ventre, elle le regardait dessiner sur la couverture d’un carnet, des carrés dans des triangles. »

WUNDERBACH

Aujourd’hui dans la rue

« Arrivée chez elle, heureusement il n’y avait personne, elle s’était roulée en boule dans un coin, et là, fausse bonne idée ou vraie complaisance, elle avait mis « NADA« , le 45 tours des Béru, sur sa platine. (…) Jusqu’à ce que la nuit tombe, que ses parents rentrent du travail, « NADA« , en boucle, pointe pénétrant le cerveau les viscères le moindre globule blanc, pour le charger de peur, de colère rentrée et de haine… »

BÉRURIER NOIR

NADA

« Elles écoutaient Exploited, ce qui, jouxtant tracteurs et vaches alentour, prenait une puissance toute nouvelle. »

THE EXPLOITED

Fuck the USA

« Un pot de Nutella, à peine entamé, « Il n’y a personne à la maison. » Ils avaient écouté les Meteor’s, puis les Cramps, « Surfing Bird« , à fond dans sa chambre de petit garçon sage. »

THE METEORS

Go Buddy Go

THE CRAMPS

Surfin’ Bird

« Quelqu’un arrivait avec un walkman fraîchement braqué, voulait faire écouter Crass à tout le monde. »

CRASS

So What

« Elle bénéficiait d’une sollicitude particulière, due à leur statut de couple mascotte. Ils étaient tous montés à Paris, pour un festival avec les WampasLos Carayos et deux trois autres groupes. »

LES WAMPAS

Rimini

LOS CARAYOS

Madeleine

« Pour commencer sur sa légende, il était au Chalet du Lac, en 1976. On racontait qu’il avait rencontré Patrick EudelineJohnny ThundersSiouxsie et Lux Interior [fondateur des Cramps]… »

PATRICK EUDELINE

Dès Demain

JOHNNY THUNDERS

Born to Lose

SIOUXSIE AND THE BANSHEES

Happy House

« Affiches de concert des Cramps, une autre d’un film, Out of the Blue, livres en piles plus hautes que Gloria, disques de Gainsbourg étalés sur le sol, à côté de ceux de Trisomie 21. »

garconne

SERGE GAINSBOURG

Des laids, des laids

TRISOMIE 21

Breaking down

« Un matin qu’elle séchait les cours et qu’elle était chez ses parents en train d’écouter « Concerto pour Détraqués » à pleins tubes »

BÉRURIER NOIR

Concerto pour Détraqués Album

« Un peu plus tard, ils étaient debout sur le toit d’une voiture, Roger et elle, bras dessus dessous, super concentrés sur les paroles exactes de la chanson de Renaud : « Et la blonde du sixième, le hash elle aime ».

RENAUD

Dans mon HLM

« A force de tourner en rond, elle trouve chez Véronique une compilation de Janis Joplin, en CD… Madame Joplin sur une énorme moto, toute rigolarde, regarde l’objectif. »

« Elle écoute Janis Joplin depuis qu’elle est gamine. Accompagnée, comme par une grande soeur. »

« Au début des années 80, une fille qui bossait sur le marché, une ancienne, à cheveux orange, perfecto trop usé la classe, lui avait dit que c’était la chef des filles perdues, Janis Joplin. »

« Bref, en toutes occasions, il fallait faire un petit autel pour Janis, la déesse urbaine, allumer des bougies et mettre des offrandes, genre un gros joint, une canette de Kro (…) Gloria avait croisé cette fille à une fête après un concert des Stranglers et de Kas Product, au jazz festival pulsation (…) En tout cas, l’idée lui avait plu, et souvent dans sa vie elle avait construit des petits autels pour que Janis, patronne des filles sauvages qui sont trop à la masse, lui vienne en aide. »

JANIS JOPLIN

Ball and Chain

THE STRANGLERS

Always the Sun

KAS PRODUCT

Never Come Back

 » – Allez, fais pas ton Kurt Cobain. T’as bonne mine, quand même, ça doit pas aller si mal que tu le dis… »

NIRVANA

Lithium

« Et elle lui chante la chanson de Johnny « Car je suis née dans la rue » à peu près quarante fois par jour. En guise d’explication à tout. »

JOHNNY HALLYDAY

Je suis né dans la rue

« Elle se fait la morale, en écoutant 2Pac qui passe à fond dans la pièce à côté. « Niggers come with me Run with me. »

2Pac

Hail Mary

« Eric choisit un disque de Funkadelic, elle tourne en rond cinq minutes, prépare du thé. »

FUNKADELIC

Maggot Brain

« Le rouge des doubles rideaux, éclatant à cause du soleil qui tape avant de se coucher, le morceau de George Clinton, les pompes beiges, du croco, qu’il met souvent pour la télé »

GEORGE CLINTON

We Got the Funk

« Le vinyle de Taxi Girl qu’il a mis avant de s’assoupir craque un peu sur cette chanson qu’il écoutait en boucle, quand il était gamin  » et son regard si triste une croix tracée dans la chair sur son front ».

TAXI GIRL

La femme écarlate

Chloé Janiaud

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s